L'innocence comme échappatoire: brève enquête sur Mario Lacruz Articles uri icon

publication date

  • July 2010

start page

  • 402

issue

  • 7

international standard serial number (ISSN)

  • 1773-0023

abstract

  • L'article suivant est consacré à l'analyse du premier roman de Mario Lacruz, El inocente, publié en 1953, et considéré comme le premier « polar » espagnol. Il s'agit d'un livre déroutant et inclassable, qui accumule bon nombre de transgressions et entorses par rapport aux règles du genre. On y soulignera en particulier une tonalité existentielle, voire religieuse, où la poursuite de Virgilio Delise, l'innocent injustement soupçonné de la mort accidentelle de son beau-père, permet de montrer, sous une forme épurée, l'engrenage répressif du régime franquiste, ainsi que les traumatismes de la violence fratricide qui sont à l'origine de son fonctionnement. À bien des égards, El inocente trace une lézarde complexe sur le socle de la littérature espagnole d'après-guerre, où s'entrevoit l'éclatement ludique du polar de la Transition.

keywords

  • novela negra; franquismo; literatura española de posguerra